Neverland


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Silence et Baobab

Aller en bas 
AuteurMessage
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Silence et Baobab   Jeu 21 Fév - 18:27

Anduil dormait au pied du baobab. Oh, bien sûr, c'était imprudent, surtout ces derniers temps, de s'exposer comme cela, au pied d'un arbre. Mais il le fait.
Ces temps derniers... enfin... plutôt ces années de guerre atroces...
Depuis que Neverland est apparue aux yeux des humains... que ceux ci, atteint par une folie vengeresse inutile, ont attaqués les peuples de neverland.
Peuples qui, bien entendu, ne se sont pas souciés d'envoyer un diplomate, ne serait-ce que pour tenter de savoir pourquoi cette agression. Bien sûr que non. Ils étaient trop orgueilleux et fiers d'eux. La preuve, ils rejetaient les bâtards, ainsi que leur parents d'ailleurs.
Incapable de voir plus loin que le bout de leur nez.
Dans cette guéguerre, Anduil était neutre, de même que Dannimoth qui trouvait aussi que les deux camps sont blâmable et qu'il n'a qu'a les laisser se déchirer entre eux jusqu'a ce qu'ils comprennent que ce qu'ils font est absolument stupide.
Ces derniers temps, il voyait parfois des soldats parmi les ombres, effrayés, croyant que c'était une punition. Non. Au contraire, leur mort violente est la cause de leur envoie dans l'entre-monde et leur âme était celle de leur appartenance parmi les ombres. Ils ne savaient pas pourquoi ils étaient là, à tirer.
C'était qu'une affaire de pontes.
Mais bien sûr, tous les militaires n'étaient pas comme ça. Y'avait les fanatiques de la guerre, souvent haut-gradés d'ailleurs. Puis les magouilleurs...

Anduil releva la tête. Quelqu'un approchait. Au moins, le silence surnaturel de ce lieu permettait de voir venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Jeu 21 Fév - 21:52

Il se trouve que Kaïsa se trouvait dans un mauvais jour. Un court entretient avec quelques elfes de sang « pur » la vieille l’avait quelque peu exaspéré. Elle, qui pourtant considérait que les elfes étaient quand même une race à forte capacité mentale, ne comprenait pas comment on pouvait être aussi….aussi imbu de leur personne ! Non, sérieusement, l’humilité c’est pas leur fort. Bref, la jeune elfe marchait d’un pas rapide et léger. Après avoir essayer de résonner un minimum ces prétentieux, elle prit le chemin de la montagne aux anges en faisant un petit détour par la jungle désirant s’entretenir avec les anges sur quelques points important. Kaïsa marchait donc depuis l’aube sans arrêt. Elle aimait cette sensation du vent sur sa peau, dans ses cheveux. Sans compter les kilomètres elle allait encore animé par la rage de la veille ce qui sans doute affectait son rythme. Mais alors que son chemin s’enfonçait de plus en plus dans la jungle, se rapprochant à chaque foulées un peu plus du grand baobab, ses yeux perçant décelèrent une ombre au pied de ce dernier.
Armée de ses deux coutelas ainsi que son arc et ses flèches, la jeune elfe ralentit son allure. Ami ou ennemi ?! Impossible à savoir de là où elle se trouvait. D’un geste précis elle bandant son arc et tout aussi sûr d’elle encocha une flèche à plume vert émeraude prête à lâcher son trait mortel.
Redoublant de prudence, Kaïsa s’approcha du vieux baobab mais en décrivant un cercle de manière à se trouver face à l’autre. En effet, lorsqu’elle avait vu l’ombre, la jeune elfe se trouvait de biais par rapport à celle-ci.
Ce fut seulement une fois qu’elle se trouva assez près que Kaïsa identifia l’inconnu qui n’en était pas un d’ailleurs. Relâchant ses muscles, l’elfe se dirigea en ligne droite vers celui-ci, son arc cependant toujours bandé, au cas où…

Elle s’arrêta à quelques mètres à peine le fixant dans les yeux.


-Cela faisait longtemps Anduil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Jeu 21 Fév - 22:36

Anduil tentait donc d'identifier le danger potentiel, sa rapière à la main. Hors de question de se laisser faire par des militaires ou des demi-sangs aveugles à tout raisonnement. On pouvait être neutre et ne pas se laisser faire.

Cependant, il se rendit compte que la personne qui était devant lui n'avait rien d'inconnu.
C'était Kaisa. Et quoiqu'Anduil ne l'ait pas cotoyé très longtemps, étant plus indépendantiste qu'autre chose, il était content de la revoir mais cette joie baissait en constatant qu'elle tenait son arc à la main.
Comprenant qu'elle se méfiait, à juste titre d'ailleurs vu les temps troublés, il lui lança avec un sourire désabusé

- Voila donc à quoi nous réduit cette guerre inepte. A se méfier de ses amis. Comment vas tu, Kaisa?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Ven 22 Fév - 14:20

Au sourire de son ami, Kaïsa se détendit un peu plus. C’est vrai, cette foutue guerre l’avait rendue plus méfiante encore. Même envers des amis. Mais combien d’amis avait-elle vu trahir leurs amis. Après tout, la jeune elfe ne savait pas vraiment dans quel camps il se trouvait. Ils avaient beau être de sang pur tous les deux rien ne lui disait qu'il ne lui sauterait pas dessus une fois qu’elle aura baissé sa garde.
Mais elle rit intérieurement d’elle-même. Certes la jeune elfe ne connaissait Anduil de fond en comble. Cependant le peu que Kaïsa savait de lui était bien que pour lui, comme pour elle, ces notions de pur ou impur ne signifiait rien. Du moins pensait-elle que lui aussi se trouvait plus dans cet état d’esprit là. Mais peut-être se trompait-elle.
Lui en tout cas ne semblait faire aucun doute sur ses intentions à elle.


-Ces derniers temps, même les amis ne sont plus une valeur sûr.

Baissant alors son arc et replaçant la flèche dans son carquois, un léger sourire flotta sur les lèvres de Kaïsa.

-Ma forme n’est pas au maximum certes, mais il y a eu pire. Et vous mon ami ?! Les temps n’ont pas été trop dur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Ven 22 Fév - 21:20

Anduil déviseageait son amie. Contrairement à elle, il ne lui viendrait certainement pas à l'idée de se méfier d'elle. C'est un tort peut être mais bon.
Il allait répondre à ses question lorsqu'une présence bien connue émergea soudainement en lui. Dannimoth était réveillé.

**C'est qui celle là?** demanda t-il télépathiquement à Anduil

**Kaisa. La chef des elfes, pas vraiment du genre à avoir des préjugés** répondit-il de la même manière.

** T'en sais rien ** riposta-il

Il ne l'écouta pas et commença donc ce qu'il voulait faire.

- Autant que ça? Honnêtement, je ne suis plus trop au courant de ce qui se passe vu que je me tient à l'écart de ce gâchis monumental et que je n'interroge pas les soldats humains tombés au combat qui deviennent des ombres. Et pourquoi me tutoies-tu? répondit-il
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Sam 23 Fév - 18:41

Kaïsa souri. Sans véritable raison apparente certes, mais cela lui faisait du bien. Son conseil quelque peu vivant de la nuit passée résonnait encore dans son esprit mais la présence de cet ami et le calme du lieu rendaient tout moins important. Elle avait été seule pendant tellement longtemps, seule au milieu d’être parfois abjectes, à essayer de résonner des murs, à défendre un peuple en pleine crise, à chercher des solutions inexistantes que la jeune elfe en avait garder des séquelles, surtout niveau relations publiques !

-Oh excuse moi, vieille habitude !

Ainsi lui n’avait pas participé à cette guerre. Lui aussi ne prenait tout cela que pour du gâchis. Mais lui n’avait pas été confronter à ça réalité autrement que par les hombres. Lui n’avait pas tout un peuple à ça charge. Ne penser qu’à soi, ça doit être reposant parfois…


-Si tu savais, quand on dirige un peuple, on trouve de tout. Ceux qui défendent les sangs purs, ceux qui sont neutres, les sangs mêlés…Il faut sans cesse se battre contre cette guerre tout en évitant une guerre civile dans les villages et garantir un minimum de sécurité ! Et la paix ne change rien, la haine elle ne connaît pas de trêve.

Un faible sourire apparut sur ses lèvres. Quel étrange monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Dim 24 Fév - 13:03

Anduil sourit tristement

- Habitude acquise pendant des jours à gouverner une ville dont le peuple est partagé entre paix, guerre et neutralité, hein?

Il leva les mains.

- Promis juré, je ne t'ai pas touché. Pas besoin de prémonition, j'imagine relativement bien la corvée.

Il se cala contre le vénérable végétal puis reprit d'un ton neutre

- Dis moi, tu as vu l'état de la plage et du port? J'y suis allé, discretement pour ne pas me faire tuer par des soldats qui tirent a vue avec leur armes à feu. C'est la catastrophe absolue. Un enfer de cadavre, encore plus pour moi, qui voit les esprits tourmentés. Et je te parle pas des zombies du port!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Dim 2 Mar - 17:09


Elle se contenta d’hocher la tête avec un sourire. Mais quand il se mit à parler du port, son sourire s’effaça et laissa place à un visage grave. Un frisson parcourut tout son corps réveillant au passage une vieille douleur dans le bas du dos. Pendant une seconde la morsure froide de la lame dans sa chair lui coupa le souffle. Cependant elle resta impassible, habituée à cette douleur fulgurante.


-Oui.

Revoyant les images de ces lieux autrefois paisibles et beaux devenus un champ de ruines, un cimetière à l’air libre où les cris des agonisants retentissent encore dans la brume la jeune elfe marqua un silence. L’odeur du sang, du feu. De vrais lieux de cauchemars.


-Oui, j’ai vu l’état du port et de la plage. Un vrai désastre. Plus question de promenade au clair de lune les pieds dans l’eau en respirant les embruns de l’océan. Les mouettes y trouvent leur compte cependant…Toute cette boucherie m’écoeure !


Le port et la plage avaient été les plus touchés par la guerre. Faisant le lien entre les deux continents, là les premiers affrontements ainsi que les plus meurtriers y avaient prit place. Elle-même avait croisé le fer quelques années plus tôt et le souvenir qui lui en restait n’était pas des meilleurs.


-Je n’y suis pas retournée dernièrement mais je pense que cela ne doit pas être très différent de la dernière fois. Sinon que les corps doivent être moins chauds…Cà doit être horrible pour toi de voir, d’entendre toutes ces ombres perdues…Je n’ose même pas imaginer…Mais nous avons tous notre lot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Dim 2 Mar - 20:02

Bien sûr, comme il s'y attendait, parler de l'état de la plage et du port réveilla chez elle quelques plaies, vu son expression.
Il revit d'ailleurs l'état de la plage et du port. C'était désastreux. La plage recelait quantité de cadavres décomposés, à peine recouvert par le sable.
Et, à l'inverse de ce qu'elle dit, ce ne sont certainement pas les mouettes qui en profitent, surtout les vautours.
Pareil, pour le port, sauf que ces morts sont offerts à la vue de tous, exhibant leur affreuse image et l'odeur de pourriture supplantant celle des poissons.
Ces deux lieux... les plus proches du continent européens avaient pâti en premier de la guerre. Pour n'importe qui, c'est déja difficilement supportable.
Pour lui? C'était encore plus choquant. Mais lui était froid face à cela, presque blasé. Lui voyait les spectres à ces deux endroits, les âmes brisées des combattants.
Mais le pire. Ce sont les zombies. Il en avait déja vu dans le port et il avait failli ne pas en ressortir. Contrairement aux zombies de film d'horreur terriens, ceux là ne font que frapper et déchiqueter.

Il sortit de ses pensées pour répondre à ce qu'a dit son amie Kaisa.

- Ce qui est horrible, ce n'est pas tellement les ombres. Dans leur malheur, elle ont de la chance car les combattants qui aboutissent parmi eux n'ont pas eu l'esprit brisé. Et crois moi, y'en a pas beaucoup.
Je suis déja allé dans cette marche intermédiaire entre le ciel et la terre. Les spectres sont devenu légion. Il y en a souvent sur la plage ou dans les ruines. J'ai même vu des morts-vivants, c'est pour dire.
Et chez toi? Enfin... si tu veux bien m'en parler ou me montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Mer 19 Mar - 22:40

Au fur et à mesure, des souvenirs lui revenaient en mémoire. Des images gardées bien loin du cœur à cause de la douleur dont elles regorgeaient. Kaïsa respira un bon coup. La guerre avait refermé ses traits. Seuls ses yeux brillaient sans cesse d’émotions diverses et variées. Les zombis. Les morts vivants. La jeune elfe se rappelait les visages de douleur de ces êtres perdus. Très peu avaient croisé ça route. Ou plutôt elle évitait ces lieux devenus sombres et tristes le plus possible. Les frissons qui la saisissaient quand elle se trouvait proche du port, le dégoût de ces tas de corps décomposés la retenaient loin de ses lieux autrefois aimés. Kaïsa avait bien assez à faire dans sa forêt, assez à voir dans les clairières brûlées par quelques batailles furieuses, car même à la lisière de son royaume des combats eurent lieux.

La proposition d’Anduil laissa la jeune elfe pensive. Pourquoi lui montrer d’autres horreurs, pourquoi accablés ses pensées déjà bien chargées ?! Pourquoi lui apprendre la guerre de ses yeux à elle ?! Mais après tout, seule une personne qui à vu et vécue la même chose qu’elle peut comprendre. Et encore…
Une pensée traversa son esprit en un éclair. Lui laisser voir signifierait lui indiquer sa blessure…Blessure de guerre pratiquement invisible à présent de l’extérieur, juste une fine cicatrice à peine remarquable. Mais une douleur physique encore là. Une faiblesse que Kaïsa n’aimait pas. Non pas que la dévoiler aux autres lui donnerait une honte quelque conque. Non, juste une blessure qui lui faisait mal mentalement aussi. Cette magie noire qui lui restait dans le corps la dégoûtait. Etranges sensations…Peut-être aussi y avait-il une certaine fierté qui la bloquait.

Un silence suivit la demande d’Anduil. La jeune elfe réfléchissait. Elle regarda plus attentivement son jeune ami. Après tout oui, elle lui faisait confiance. Pourquoi pas…Certaines expériences, douleurs, sont à partager. Alors, et si c’était un peu de peur aussi ?!


-Oui.
Lâcha Kaïsa soudainement.

Elle laissa délibérément un petit silence, très court.

-Les mots ne pourront jamais remplacer les images. Viens, et voit mon ami.

Aucun tremblement dans sa voix ne montra son appréhension à cette intrusion. Ses mots étaient clairs, nets, prononcés d’un ton calme et posé son regard illuminé d’une étrange lueur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Jeu 20 Mar - 16:19

Anduil leva un sourcil surpris quand elle accepta de le laisser exercer son don. En règle générale, ce n'était guère réjouissant pour quelqu'un de savoir qu'un autre peut voir vos malheurs et vos secrets... quoi qu'il ne pouvait pas vraiment choisir ce qu'il voulait voir.
Ni même s'il pouvait voir.
Il eut un demi-sourire aux lèvres et répondit

- Très honnêtement, je ne m'attendais pas vraiment à ton accord. Mais bon, il faut que tu sache que je ne peut pas choisir ce que je vais voir. En fait, je pourrais même ne rien voir, ou ne rien comprendre.

Il s'avança et toucha son front du bout de ses doigts. Sa vision se brouilla et ses yeux semblaient vouloir se fermer à tout prix.
Quand il réussit à les rouvrir, il était..autre part. Un conseil elfique. Kaisa se disputait manifestement avec des patriarches elfes mais la teneur de leur paroles lui était inconnue puisqu'ils ne les entendaient pas. Ils parlaients, c'était indéniable. Mais... il n'entendait aucun son.

Soudain, il se sentit tiré en arrière et ses yeux se fermèrent à nouveau.
Il se retrouva sur la plage. Près du corps d'un elfe. Des zombies étaient aux alentours mais ils ne le remarquaients pas.

Sa vision se brouilla.

Il revint à la réalité. Dannimoth aussi d'ailleurs, et il lui dit

** Zarb, la seconde vision! Pourquoi diable ce cadavre est apparu dans tes prédictions?**

**Sais pas....**

Il secoua la tête, comme pour sortir d'un mauvais rêve et regarda de nouveau Kaisa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Ven 21 Mar - 21:26

En voyant la mine surprise de son ami, ses lèvres s’étirèrent en un charmant sourire. Il faut dire que cela l’a elle-même surprise. La manière franche avec laquelle elle avait répondue l’étonnait provenant de sa part. Cependant Kaïsa ne donna pas de contre ordre malgré la légère appréhension qui lui serrait le cœur.
La jeune elfe savait parfaitement les risques qu’elle courait à laisser ainsi une personne pénétrer son intime mais elle faisait suffisamment confiance à ses propres défenses mentales pour le laisser faire. En effet, la jeune femme bloqua certains souvenirs derrière un mur mental imprenables. Anduil n’aurait aucune conscience de cette barrière, et même si elle ne pouvait y cacher tous les souvenirs qu’elle désirait, Kaïsa dissimula ceux qu’elle jugeait trop personnel, notamment toute la partie de sa jeunesse qui la rendait mal à l’aise…

Lorsque l’elfe pénétra dans ses souvenirs Kaïsa ne broncha pas. Une drôle de sensation l’envahie, elle sentait une présence quelque part dans sa tête mais sans parvenir vraiment à la définir, elle savait que c’était Anduil mais l’impression était étrange et indéfinissable.

Kaïsa regarda Anduil droit dans les yeux quand celui-ci ré ouvrit les siens. Elle ne savait pas ce que lui avait vu et curieuse, elle désirait le découvrir…


-Alors… ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Lun 24 Mar - 21:16

Anduil eut un sourire désolé et haussa les épaules. A part deux visions sybillines dont il ne pouvait tirer grand chose... rien.
Il répondit

- Deux visions. Toi en trait de batailler avec de vieux elfes. Je n'entendais pas ce que vous disiez, comme si vous étiez muets et que vous ne le saviez pas.

Anduil s'interrompit, le temps de chercher ses mots puis repri

- Et l'autre concerne la plage. J'étais au dessus du corps d'un elfe, ou plutôt de ce qu'il en restait...

Il sourit doucement. Puis il lui lança, railleur

- Et surtout, j'ai vu d'énormes murailles psychiques, du genre de celle qu'il m'aurait fallu des mois pour forcer s'il m'en prenait l'envie! Ce dont je doute d'ailleurs, chacun à droit à ses secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Mer 26 Mar - 21:21

Un petit rire clair s’échappa des lèvres de l’elfe à la dernière réplique de son ami. Elle possédait en effet pas mal de secrets comme il dit, qu’il fallait mieux qu’elle garde pour elle. Certaines choses sont trop personnelles pour les laisser visibles à n’importe quel effronté qui voudrait sonder ses pensées à la recherche d’un renseignement quelque conque.

-Pardonne moi mon ami mais, certaines choses ne sont pas faites pour être partagées.


Sa voix douce s’accompagna d’un petit sourire. Cependant en repensant à ce qu’Anduil venait de dire plus tôt, Kaïsa essaya de replacer les événements dans leurs contextes. Pour le conseil, rien de bien compliqué. Elle en avait fait tellement, que l’un où l’autre, cela n’avait pas tant que ça d’importance.

-Estime toi heureux de ne pas nous avoir entendus nous crier dessus. Cela n’avait rien de plaisant pour des oreilles ! Et tu y aurais appris peu de chose que tu ne sais déjà entre les différents points de vues au sein de notre village.


Mais alors qu’elle prononçait ses mots, en même temps, Kaïsa cherchait l’identité de l’elfe de la plage. Et cette image l’attristait déjà plus. La jeune elfe avait vu pas mal des siens morts, à moitié morts, dans des états effroyables…Mais cependant, elle connaissait pratiquement chacun d’eux pouvant pratiquement à coup sûr leur donné un nom, une histoire, une vie. Dans sa tête repassait bon nombres d’images sanglantes des combats sur la plage…Tellement de noms lui venait à l’esprit dans un tourbillon maladif qu’ils lui donnèrent le tournis.

-Comme tu as pu le remarquer, j’ai passé mes dernières années à batailler. Soit avec des mots, ou avec des armes. Les deux sont épuisants et leurs résultats peuvent être aussi désastreux l’un que l’autre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Dim 20 Avr - 11:32

Anduil fit une simili-moue offusqué en entendant la réponse amusée de la chef des elfes. Il comprenait parfaitement son attitude, il avait même sous le nez en permanance quelqu'un qui l'adoptait, avec force grognement.

Il répondit sur un ton exagérément outré " Quoi? Même à moi? Ton ami, ton frère spirituel! Tu ne me ferais pas confiance? Je suis blessé par cette marque de paranoïa!!!!"

Un peu de rire ne fera pas de mal dans cette époque de brutes...

Il laissa ensuite Kaisa réfléchir à ce qu'il à prédit puis lorsqu'elle eut terminé de l'éclairer à propos des deux visions, il reprit

- Je n'en doute pas. Moi qui croyais que les elfes pouvaient profiter de toute leur expérience acquise avec l'âge pour connaître la sagesse... j'me suis trompé!

Dans un sens, c'est vrai. Anduil n'aurait jamais cru que des chefs de clan puissent se comporter de manière aussi basse. On voit ou cela a conduit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Mer 9 Juil - 23:09

Six ans…Six petites années aussi futiles dans sa vie qu’une heure dans un mois. Pourtant, ces six dernières années avaient été des plus meurtrières. Les cicatrices encore rougeâtres couvraient pratiquement chaque parcelle de terre laissant voir la souffrance de l’île aussi bien que celle de ses habitants. Personne n’avait été épargné. Pas même le plus petit brin d’herbe pouvait se venté de n’avoir senti sur son dos le soufflé l’odeur de la guerre. Et Kaïsa ressentait cette douleur. Son cœur lui-même hurlait pour tous ces êtres chers, toutes ces vies fauchées au plein de leurs vivacités. Ces enfants qu’elle avait vu grandir et s’épanouir déchirés et brisés comme le blé. Même le piaillement des oiseaux parlait de la douleur de l’après guerre. Cette trêve avait un arrière goût amer…Combien de temps durerait-elle encore ? Sans doute des éternels insatisfaits continueront à mener leur combat de leur côté…Espérons qu’ils n’aient pas la présence d’esprit de se réunir…Pas encore…Et pourtant, n’avait-elle donc pas quitté sa maison de feuille pour aller s’entretenir avec les anges à se sujet ? La proclamation de la paix ne datait pas de si loin encore, et déjà, déjà la menace ce faisait sentir.
En effet, quelques témoignages, de-ci, de-là, annonçait non plus une menace crainte mais une menace réelle et imminente. Des attaques orchestrées par un groupe de personne dissimulées sous de longs manteaux sombres avaient atteints les oreilles de la jeune elfe. Voilà la raison qui la poussa à quitter son domaine. Les anges ayant subis apparemment l’une des attaques soudaines et imprévues. Seuls leurs pauvres nombres laissaient penser à Kaïsa la non organisation de celles-ci…Mais peut-être ce trompait-elle. Peut-être déjà une secte entière avait vue le jour dans les rues sombres même de Neverland, dans les âmes noires l’idée de destruction avait-elle aboutie à quelque chose de malsain, et si le mal se trouvait bien plus ancré qu’elle ne l’imaginait encore. Qui résisterait ? Alors même qu’ils sortaient à peine de la guerre, que les blessures béantes laissaient couler la douleur et les cris, qui prendraient de nouveau les armes contre un fléau mortel ? La renaissance n’étant encore qu’à ces débuts, qui prendraient le risque de se battre pour elle, contre qui au juste ? Car qui pouvaient-ils bien être ? Des hommes avides de pouvoirs ? Des créatures magiques avides de vengeance ? Cette haine finira-t-elle un jour…
Alors oui, Kaïsa se méfiait de tout, de tout le monde. Et à juste titre. Elle s’était retrouvée au cœur même des conflits, ses bras avaient déviés maintes attaques, son sang coulé en de nombreux endroits différents, son courage fut souvent mis à l’épreuve et sa ténacité remise en question plus d’une fois. La leçon de sagesse de ses longues années passées sur terre qu’elle en avait tirée était de rester mystérieuse, même à son plus proche confident. Se connaître soi même est déjà bien suffisant. Rien ne sert de donner aux autres les éléments pour vous détruire. Et l’elfe savait pertinemment qu’Anduil le savait aussi.


-Et moi je suis blessée de voir que tu doute ainsi de ma confiance en toi. Je te pensais plus perspicace à comprendre dire. Pardonne moi mais je préfère te rester mystérieuse. De plus je connais des choses qui, j’en suis sûre, n’ont aucune valeur pour un elfe de ton sexe. Mais si j’estime qu’un jour tu es dans le besoin de les connaître alors peut-être que je t’en ferais part…Tout dépend mon ami si je juge que tu en sois encore digne. Car si tu n’arrives plus à comprendre mes phrases, alors à quoi bon te faire part de mes remarques ?

Bien sûr le doux sourire de son visage annulait l’effet de mépris que l’on aurait put tirer de cette remarque. La jeune elfe ne démentait pas le fait que se confier à quelqu’un peu parfois être bénéfique. Elle-même aurait bien allégé son cœur et son âme d’une ou deux choses pesantes mais Kaïsa s’en abstient. Mieux vaut se confier aux étoiles et aux anciens. Eux-seuls sont en mesure de soulager quelques doutes, quelques peines. Certaines choses sont faites pour être dévoilées aux amis, d’autre aux confidents, d’autres au silence, d’autre aux conseillers, etc. Les oreilles de chacun ne sont pas faites pour entendre toutes les choses du monde. Chaque remarque trouve son oreille appropriée. Et entendue par une mauvaise personne, elle peut s’avérer dangereuse, traitresse.

La chef des elfes regarda son ami appuyé contre le baobab. Si on enchaînait guerres sur guerres, il ne resterait bientôt plus rien de vert sur cette île. Les flammes destructrices avaient déjà ravagées le port, la plage, une petite partie de sa chère forêt n’était plus que cendre et douleur, dans les prairies des traces de combats formaient d’étranges motifs roussis. Combien d’année avant que tous ne soient condamner à disparaître ? Cette question se trouvait au centre des discutions des conseils elfiques auxquels elle avait participé. En effet, nombreux étaient ceux qui voulaient laisser cette terre aux mains des hommes. Ils venaient en effet de prouver une fois de plus leur pouvoir de destruction. Aveugles, ils anéantissent tout ce qui se trouve sous leurs mains sans se soucier des conséquences. Ils tuent sans se poser les questions concernant l’après. Vivre sur des cendres, comme ci reconstruire était si facile. Reconstruire pour mieux détruire à nouveau. Alors oui, la question de laisser les hommes s’autodétruire seuls se posait. Non pas par lâcheté, mais par lassitude. Lassitude de cette haine et de cette guerre. De nombreuses familles veulent quitter ces rivages pour de nouveaux, plus purs, plus paisibles, où nulle haine, nulle douleur ne vient jamais troubler les cœurs immortels et si fragiles des elfes.

Kaïsa quand à elle n’était pas prête à abandonner cette île à son sort. Non, elle se battrait quitte à donner sa vie, pour voir un jour refleurir toutes des belles fleurs, pour voir les arbres repousser et les rires revenir. Bien sûr, toujours la haine et la douleur couleraient dans les veines mais pas à la même échelle. La guerre entre le Bien et le Mal est une guerre sans fin. Mais bien que les hommes semblent s’obstiner à vouloir détruire, il y a du bon en eux. Comme en chacun d’entre nous. Et cela vaut la peine de se battre encore. Encore un peu. Donner une deuxième chance à Neverland. Une dernière fois avant de partir au-delà des mers. Bien sûr la chef comprenait parfaitement ceux de siens qui désiraient partir. Combien le calme et la certitude d’une vie saine étaient enviables. Mais les hommes ne sont pas les seuls en cause aujourd’hui. Tous se dressent les uns contre les autres. L’équilibre entre les créatures magiques n’est plus qu’un mince fil rompu à plusieurs endroits. C’est cette bataille là que Kaïsa comptait bien remporter avant tout. Unir les elfes, les élémentaires, les fées, les sirènes, les anges, les loups-garous, les sorciers, les nymphes, les dryades, les vampires même, sous un même but. Unir de nouveau ces créatures. Après tout, Neverland ce trouvait là pour ça au début, réunir en un seul et même endroit tous les êtres magiques qui désiraient vivre en harmonie. Cette union était-elle encore possible ? Kaïsa le croit fermement.

La remarque d’Anduil laissa la jeune femme pensive. La sagesse…Certes les elfes vivent longtemps et acquièrent de ce fait une certaine expérience de vie de laquelle ils tirent bon nombres de leçon. Mais la sagesse n’a rien à voir là dedans. Peut-on condamner quelqu’un qui chercher à défendre ses convictions ? L’égoïsme des elfes n’est pas seulement une légende. Nombreux sont ceux qui vouent pour les autres races magiques une aversion particulière. La longévité leur apporte ceux-ci qu’ils se considèrent comme supérieur aux autres par cette même sagesse qu’on leur confère. L’élégance du physique elfique, la finesse de ses traits, le glissement de ses mouvements. Tout cela peut développer un certains orgueil. Alors si en plus, un être de sang pur prend se critère en considération, forcément cela peut entraîner une aversion non pas pour des elfes comme lui, mais pour des êtres inférieurs. N’y voyez rien de condamnable la dedans. Peut-on en vouloir à quelqu’un d’être né avec un caractère plus orgueilleux que vous ? Non…Bien sûr…De plus, bon nombres sont ceux qui on subit de pleins fouet cette guerre et cela les à pousser à vouer une haine infinie et à les aveugler. Que devient la sagesse lorsque les sentiments prennent le dessus ? Même les elfes peuvent perdre leurs sangs froids. Surtout quand quelques mauvaises langues augmentent le venin dans leurs cœurs. Car les elfes noirs rodent ces derniers temps au beau milieu du village aérien. Certain ont en effet profité de la guerre et de son climat de haine pour étendre leur rivalité contre les elfes leurs cousins…Tout cela est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. La jeune elfe était bien placée pour le savoir. Tout n’est pas qu’une question de sagesse…Cela serait trop facile…


-Notre sagesse acquise par nos longues années passées à vivre n’exclut pas certains traits de caractère. Certaines natures sont plus forte que d’autres, certains on le sang plus chaud que d’autre. Et de longues années ne peuvent toujours les adoucir. Les sentiments peuvent masquer la sagesse derrière un voile de folie. Ne nous condamner pas trop vite. La longévité nous exclut parfois des autres êtres peuplant ce monde dont la durée de vie n’est qu’éphémère. Nombreux sont ceux qui ne se soucient plus des elfes car nous ne nous soucions plus d’eux. Car la douleur de les voir naitre puis mourir est à chaque fois un déchirement amer qui nous rappelle tristement notre lot. L’immortalité…Tout ne se résume pas à une simple question de sagesse ou non. Bon nombres d’autres critères entre en compte. Les variables sont infinies.


Sa voix douce et profonde se perdit dans le silence de la jungle. Les yeux fixés sur les prunelles de son ami, Kaïsa ne peut s’empêcher de penser que jamais le bout du tunnel ne sera visible. Comme elle vient de le dire, trop de variables rentrent en compte. Peut-on reprocher à une mère de protéger son enfant par n’importe quels moyens ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Ven 11 Juil - 0:26

A sa petite plaisanterie, Kaisa répondit avec un air méprisant si peu vraisemblable que même une licorne galopant librement dans la forêt aurait eu l'air plus arrogant qu'elle. Anduil sourit de cette constatation, et finit même par en rire.
Il rétorqua sur un ton amusé

- Tu sais que pour bluffer, il faut s'en donner les moyens, chef de clan? Parce que excuse moi... c'était une piteuse performance, chère amie.

Il la regarda en souriant. Comme souvent d'ailleurs, et avec n'importe qui, même les paris à risques comme Vanille, la succube qu'il avait rencontré par deux fois. Il ne sait pas si elle a survécu à la guerre mais si c'est le cas, il est à craindre qu'elle conserve encore son envie de vengeance car il n'a pas entendu parler de meurtres d'anges. Enfin bref. Revenant au présent, il dit néanmoins

- Mais ne t'en fait pas, je comprend parfaitement ce que tu veux dire par là. Je ne te dit pas tout, que ce soit par autre volonté ou mauvaise volonté... Il y a des choses que j'ai vue et dont le récit doit être conté aux peu de personnes capable de le comprendre et de s'en montrer digne. Qui sait pour toi...

Puis il laissa Kaisa sombrer dans ses pensées et l'observa du coin de l'oeil. Jusqu'a ce qu'il se demande pourquoi, il attendait qu'elle parle? bah. Détail. Peu d'importance. Il détourna le regard vers une autre partie de la forêt et songeait à des rumeurs qu'il avait entendu.

Depuis peu, il y avait eu une paix relative. Faute de balles à envoyer, des diplomates sont parvenus à passer et cela à joué. Mais c'est une trêve fragile et il avait entendu dire que certains...groupes de personnes, des fanatiques extrémistes, s'attaquaient de façon pernicieuses aux créatures de neverland. D'autre encore s'attaquaient à des bâtards. leur mode d'attaque favori : 100 contre un, et par embuscade, tel la cerise pourrie sur le gâteau hideux. Il avait rencontré une ombre elfe, une ombre morte récemment qui a dit être victime de ces êtres infâmes.

Il se réveilla juste à temps pour entendre Kaisa philosopher à propos de la sagesse. Ce qu'elle dit est vrai mais alors peut vraiment appeller ça de la sagesse? Non. La sagesse est justement le fait d'apprendre de ses erreurs et de ne pas laisser la raison se faire submerger par les émotions ou les préjugés. La longévité n'est pas une justification, c'est même une aberration car passer tant d'années sans avoir appris quoi que ce soit de la vie est risible et absurde. Et dès lors qu'on laisse les sentiments et les racontars embrumer son esprit, on est déchu de son appellation de "sage" et difficile est le chemin qui permet de le récupérer.

C'est sur ces pensées qu'Anduil répondit, avec ce sourire qui contrastait gravement avec ce qu'il avait à dire et que la guerre à rendu ironique et désabusé

- Je ne suis clairement pas d'accord avec toi, mon amie. Ceux que tu cite, qui sont victimes ou se nourrissent de leur tempérament et de leur caractère, ceux qui ont laissé leur longévité fausser leur jugement n'ont jamais eu de sagesse. Qu'importe s'ils sont martyrs ou bourreau, peu importe de qui ou de quoi viennent leurs erreurs. Tu peux leur trouver des excuses si tu le souhaite mais dans ce cas, tu te nourris d'illusion car ils n'en ont aucune. Les vrais sages sont plus rares encore que les perles dans les huîtres, autant parce qu'il est difficile d'arriver à un tel niveau de vérité que parce qu'ils sont victimes de l'incompréhension et de la haine bête et aveugle des autres. Alors si, tout est une question de sagesse car le monde en à désespérément besoin et tes variables sont autant de pistes qui ne mènent à rien.

Anduil la regarda dans les yeux, fixement. Il allait continuer quand il entendit un bruit. Sa vision d'aura lui révelait des intrus. Humains. Dans sa tête, Dannimoth avança

** Rumeur fondée on dirait. Les rats! Incapable de te défier en face. **

Anduil ricana, tout seul. On aurait même pu croire qu'il était avec les intrus. Puis Dannimoth reprit

** Hé, t'as déja bien combattu, je peux m'défouler maintenant? **

** Quoi? Et les zombies que tu t'es offert en hors d'oeuvre sur la plage, c'était moi peut être? **

** Pff, l'apéro. **

** Eternel insatisfait. Ok c'est bon pour cette fois mais après, tu me laisse combattre, d'accord? **

** Je metterais même un ruban autour des crétins qui oseront nous agresser pour faire un effet cadeau. Ah oui mais zut, suis mort! **

** Arrête de faire le malin et émerge un peu. je te préviens, c'est toi qui répond aux question de Kaisa et poliment s'il te plait. **

** C'est ça. **

Un intermède qui dura une minutes durant lesquels les hommes, habillés comme on le prétendait, c'est à dire habillé en noir avec une capuche qui masquent leur visage et armé de façon hétéroclites, allant de l'épée tranchante au cran d'arrêt, firent leur apparition. L'un d'eux s'avança et leur cracha au visage

- Tiens donc. Voila deux détritus. Moi qui pensait que ce serait ennyeux tout ça. Allez les gars! Et laissez la fille en vie, on pourra en faire bon usage!

Réponse cynique de l'elfe

- Dis donc, en parlant de moisissure, si tu nous révelait la chose moche sous ton bout de tissu? En plus, vous êtes vraiment de mauvais joueurs, je n'ai même pas revêtu mon masque.

Il se concentra, signalant ainsi à Dannimoth qu'il pouvait apparaitre. La transformation s'opéra donc, lentement et rapidement à la fois. La peau devint bleu nuit, rappellant ainsi celle des elfes noirs, la pupille de ses yeux devint rouge sang et ses cheveux devinrent blanc comme neige. Son sourire, de saracstique, devint cynique et sardonique. Par miracle ou parce qu'ils sont stupides, tout dépend du point de vue, les intrus était paralysé par ce qu'ils voyaient. N'accordant aucun regard à l'elfe à ses côté, il dit lentement, d'un ton qui n'était clairement pas l'apanage d'anduil car teintée de sadisme

- Bien... maintenant que cela est fait, nous allons pouvoir nous atteler tous ensemble au jeu de massacre.... du moins si vous ne faites pas l'effort de déguerpir rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Sam 19 Juil - 18:38

Un léger sourire répondit au rire de son ami. Bien sûr qu’elle savait être totalement impassible. Cependant elle ne répondit pas à la remarque de son ami sur sa qualité de chef. Kaïsa savait pertinemment qu’il n’en pensait pas un mot, du moins, qu’il ne pensait pas un mot de ce que le jeune elfe venait de dire. Et puis, qu’importe qu’un ami comprenne que son cœur ne pense pas un mot de ce que prononcent ses lèvres. Bien sûr si elle l’avait voulut, son sérieux aurait pu être déconcertant mais cela n’était nullement l’intention de la jeune chef. En effet, pas besoin de mentir à un ami. Ou de mentir tout cour. Mieux vaux omettre une information cruciale que mentir et risquer que cela entraîne d’autre conséquences imprévues. Mentir c’est mal. Mentir est le premier pas vers la trahison. Comment faire pleinement confiance à un individu qui ment. Même si c’est pour survivre. Qu’est-ce qui prouve qu’il ne nous ment pas à nous aussi. Rien. Aucune autre certitude que sa parole qu’il compromet en mentant aux autres. Non, mieux vaux omettre de citer quelque chose, parler par énigmes, ou bien se taire tout simplement. Manipuler les mots est aussi un moyen très utile de berner son interlocuteur. Maîtriser les mots et la parole c’est acquérir un grand pouvoir. Kaïsa l’a comprit depuis longtemps et utilise ce dernier lors de ses nombreuses conférences. Traître ? Non, ce n’est pas mentir, ni trahir un secret. C’est dire quelque chose sans rien dire de concret.

-J’imagine parfaitement qu’il y a bon nombres de choses que je ne préfère pas que tu me contes.


On a tous nos histoires, nos déchéances, nos déceptions, nos victoires. On voit beaucoup de chose, on rencontre beaucoup de personnes, on fait beaucoup de chose. Tout cela nous forme, nous façonne, nous transforme. Certaines choses ne sont magiques que par le secret dans lequel on les entoure. Il faut savoir garder comme un trésor des moments de vie qui ont le pouvoir de nous chambouler.

Kaïsa écouta son ami étaler sa pensée le visage calme. Ils ne voyaient pas certaines choses de la même façon, c’était clair. Mais le contraire aurait été stupéfiant. Après tout, les deux elfes ne vivaient pas le même quotidien, leurs journées ne se ressemblaient en rien, de même que leur passé. Or, deux êtres ne peuvent voir le monde totalement de la même façon. Et puis, ils n’avaient pas le même caractère !


-Non, tout n’est pas une question de sagesse. Comme tu l’as dis, les vrais sages sont rares. Je ne prétends pas faire parti de ceux-ci. Bien au contraire, j’en suis des plus loin. Sans doute que je donne des excuses à ceux qui n’en ont pas. Oui, j’ai pleins d’illusions. Est-ce un réel tords ? Peut-être, mais nous avons tous nos lacunes. Si la mienne est de croire en ces hommes et ces femmes alors je ne la cacherais pas. Moi aussi j’ai des faiblesses. L’on me reproche d’accorder trop de place à mes sentiments et mes ressentiments. Est-ce que cela me pénalise et que je suis une piètre chef ? Est-ce que cela m’empêche d’être objective et d’avoir de sages décisions ? Non. Cela peu me rendre plus vulnérable. Mais pas plus qu’un autre. Les plus sages peuvent être parfois trop sages. Je ne pense pas, que tout soit une question de sagesse.


Une voix calme et douce accompagnait ces mots. La jeune elfe aurait bien continué ainsi mais, un changement dans son camarade l’avertit que quelque chose n’allait pas normalement. C’est alors que le son furtif des capes frôlant les arbres de ceux qui ne veulent pas se faire voir atteignit ses fines oreilles. Ce peut-il que ce soit justement ces hommes sans foi ni loi ?
Jetant un coup d’œil à son ami lorsqu’il se mit à ricaner d’une manière bien étrange. Mais la jeune femme ne s’en formalisa pas. Lui aussi devait avoir senti cette présence accompagnée d’une menace palpable.
Soudain elle les aperçut. Ses grands yeux verts percèrent les feuillages alentour lui révélant un groupe encapuchonnés et masqués qui s’avançaient droit sur eux armés de manières aléatoire. Des hommes.
Prenant tout son temps vu la distance qu’ils leur restaient à parcourir, Kaïsa prit son arc en main les yeux rivés sur les assaillants, lentement elle tira une flèche de son carquois et banda son arc droit sur eux. Mais elle ne tira pas. Elle ne tirerait pas avant d’être sûre. Ils ne représentaient pas un ennemi sûr pour l’instant et les tuer comme ça, à distance pourrait s’avérer être une erreur et puis…Ce serait un peu lâche de sa part.

La jeune chef ce contenta d’attendre qu’ils soient rendu à quelques mètres d’eux, qu’ils puissent se voir, se faire face malgré leurs masques. Qu’elle puisse plonger son regard perçant dans leurs petits yeux assassins.
C’est le visage totalement impassible, calme qu’elle les accueillit.


- Tiens donc. Voila deux détritus. Moi qui pensais que ce serait ennuyeux tout ça. Allez les gars! Et laissez la fille en vie, on pourra en faire bon usage!

Elle ne put s’empêcher de lever un sourcil de surprise en entendant la voix grave et masculine d’un des hommes parler ainsi d’elle. Si seulement ils savaient à qui ils avaient à faire. Leurs mots auraient été tout autres ! Comme si la jeune elfe allait se laisser prendre facilement ! Cela se voyait qu’ils la connaissaient bien mal !
La réplique d’Anduil lui arracha un léger sourire. Cela lui ressemblait bien tient !
Ne prenant même pas la peine de répondre à ces vulgaires hommes, Kaïsa portant un regard de biais à l’elfe à ses côtés. Quelle ne fut pas sa surprise d’y découvrir un être différent en tout point du bel elfe avec qui elle conversait quelques minutes plus tôt ! A sa place se trouvait une étrange créature au reflet bleu sombre, aux yeux coulant déjà du sang de ses victimes et aux cheveux plus blanc encore que la neige d’hiver.
Non vraiment, Anduil la surprendrait toujours ! Mais était-ce bien lui encore. Apparemment pas jugea la jeune chef à ses mots.

Remarquant au passage que le nouveau ne s’intéressait pas le moins du monde à elle, Kaïsa décida d’en faire autant. Chacun de son côté. Mais de la à croire qu’elle lui laisserait tout…Au que non, l’elfe à beau paraître fragile et douce comme ça, elle n’a besoin de personne pour se défendre. Et encore moins d’un gros méchant qui croit faire peur dès qu’il montre le bout de son nez !

D’ailleurs le groupe d’hommes noirs semblait penser la même chose. Une fois la transformation passée, et la surprise estompée, ils reprirent leurs armes en mains avec encore plus de conviction et de haine.

Un homme, d’assez grande taille, peut-être un genre de meneur, si on peut considérer que ces hommes n’agissent pas dans tous les sens, repris la parole arrogant et moqueur sa voix résonnant sournoisement derrière son masque.


-Trêve de plaisanteries, ça sert à rien de repousser votre mort part des paroles inutiles ! On va se faire un plaisir de trancher ta tête hideuse ! De telles immondices ne devraient même pas voir le jour ! Mais on est là pour corriger cette erreur ! Tu te crois peut-être terrifiant mais c’est pas des yeux rouges et une tête de gland qui va te sauver sale créature ! Tu sais peut-être pas compter mais nous on est treize, et vous, vous n’êtes que deux, enfin, un et demi, une fille, ça compte pas vraiment !

Kaïsa ne put s’empêcher de rire à ses mots. Non pas d’un rire stressé ou ironique. Mais un beau rire clair et gai. Repoussant sa longue chevelure blonde dans son dos d’un gracile geste de la main, la jeune chef fixa son regard émeraude dans les yeux gris de l’homme qui sembla se troubler légèrement.

-Dites-moi juste une chose, qu’est-ce qui vous pousse à agir ainsi ? Quel en est le but ? J’avoue que je ne comprends pas…


De sa voix douce toujours calme et posée, la jeune elfe ne quitta pas une seconde l’une des seules parties de l’anatomie de son adversaire que l’on pouvait apercevoir à savoir, ses yeux. Ce dernier grommela dans sa barbe sans lui répondre et détourna la tête fuyant ainsi le regard perçant de Kaïsa.

Sans attendre d’avantage, ils passèrent à l’attaque. Ils formaient une ligne qui se rompit en cercle autour des deux elfes puis, ils chargèrent, armes au poing poussant des cris sauvages. Non vraiment, à se demander lesquels étaient des créatures dans l’histoire…




[HJ : je suis désolé c'est pas...super --' mais bon....j'espère que ça ira quand même !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Lun 28 Juil - 22:52

Dannimoth ricana en entendant les injures de ce crétin enrobé. Il y a bien plus de choses déplaisante à dire de l'abruti masqué que de lui. A commencer par le fait que l'esprit démoniaque avait AU MOINS le courage de ses opinions.
Il entendit vaguement l'elfe à ses côtés poser une question stupide mais il ne porta pas d'attention à ce détail, se concentrant sur les actions de ce groupe d'imbéciles en noir qui se préparaient à attaquer.
Dans sa tête, la voix de son hôte retentissait

** Hé, fais gaffe, pas trop de sang sur mes vêtements, ok? Et évite de crier sur kaisa tu veux? Qu'elle me fasse la tronche ferait un peu désordre.**

** Anduil, je veux du calme quand je me prépare à une humiliation en règle, ok? Sinon ça se transforme en un carnage non artistique! **

A ce moment là les hommes en noir attaquaient. En contradiction avec les paroles vomies par leur leader, sept d'entre eux se ruèrent sur l'elfe comme si elle était particulièrement dangereuse. Mais il donnait plus d'importance, enfin si l'on peut dire vu le mépris qu'ils lui inspiraient aux six autres qui fonçaient vers lui, dont le porte parole des abrutis maléfiques.
Il se prépara à foncer sur eux quand il fut brusquement retenu et entravés aux bras, faisant tomber sa rapière. Mais bong sang, quel imbécile!

- QUEL IMBECILE!!!! Il y en a derrière!!! Bande de minables!

Une voix désagréable, personnification du déshonneur et de la malfaisance méprisable par excellence lui souffla à l'oreille, en même temps que son souffle méphitique

- Fais bien attention à ce que tu dis. Les minables vont te tuer mais ils te tortureront avant si tu ne ferme pas ta sale petite gueule.

- Ton premier crime, c'est de m'avoir touché, petite souillure.

Cette insulte était dite d'un ton calme, plus qu'inquiétant venant de l'irascible démon. Et la punition qui s'imposait vint très vite. En effet, Dannimoth arracha mentalement le couteau de celui qui s'approchait de lui pour le tuer et l'expédia juste derrière sa tête. L'affreux hurlement qui suivit fut pour lui le plus doux des signes, de même que la stupeur des hommes en noir, visible même à travers leur masque...

Il en profita pour prendre le bras de l'homme et l'amena devant lui, lui faisant la prise qu'il avait subi. Puis il eut un sourire démoniaque et envoya les armes de trois d'entre eux sur la tête de sa victime puis il le jetta à terre et dit d'une voix colérique

- Ceci est un avertissement. Ce sera le dernier!

_________________
"Il n'y a qu'une chose qu'est importante chez toi. Soit t'es fréquentable, soit tu est un horrible crétin. C'est tout " Anduil Valtiel

" Insupportable? Ouais. Et je ne changerais pas. Dégage!" Dannimoth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Jeu 31 Juil - 16:22

Tirer dans le tas serait beaucoup trop facile. Non, cela manquerait de tact. Après tout, sont n’était pas de les tuer jusqu’au dernier…Quoi que…Après tout, si il le cherchait vraiment…Non pas que Kaïsa soit de nature assassine, mais bon, qui si frotte si pique ! Et puis ces vermines n’avaient pas hésites elle pour tuer à un contre dix un de ses elfes. Cependant l’elfe ne laissa nullement la haine emporter son cœur et diriger ses actes. Au contraire, s’en plus se soucier d’Anduil à ses côtés, enfin de l’être à ses côtés, la chef jugea en effet que ce dernier serait largement capable de se débrouiller tout seul, elle se prépara à l’impacte. Ayant repéré ceux qui se trouvaient dans son dos, elle préféra une position de profil de manière à pouvoir observer ses adversaires d’un simple et petit mouvement de tête.

Le regard captant les moindres mouvements des hommes en noirs, Kaïsa analysa la distance qu’ils leurs restaient à parcourir avant qu’ils ne se jettent sur elle. Un grand gaillard à sa droite aux foulées plus longues que les autres se rapprochaient dangereusement. Au moment où il passerait à l’attaque, deux autres se trouvant dans le dos de la jeune elfe aurait le champ libre pour foncer à leur tour. Mine de rien, ils ne semblaient pas dépourvu de tactique. Intéressant à relever…

La flèche se planta à quelques centimètres des orteils du grand homme qui, surpris marqua une courte pause avant de reprendre sa course, l’arme au poing, vers la jeune femme. Courte pause mais suffisamment longue pour permettre à Kaïsa avec des gestes vifs et rapides caractéristiques de sa race de replacer son arc dans son dos et de se saisir de ses longs couteaux. Le bruit clair et strident de l’acier sortant de son fourreau et fendant l’air alluma un rapide éclair dans le vert envoûtant des yeux de la chef des elfes.
Oh non, elle ne se laisserait pas faire.
La jeune femme avait bien sûr remarqué auparavant que sept des hommes en noirs l’avait prise pour cible au lieu de six sur son compagnon. La tête de ce dernier aurait-elle découragée ces couards qui, par facilité, auraient préférés s’attaquer au sexe « faible » ?! Ridicule.

A peine quelques secondes s’étaient écoulées entre le moment où la flèche traversa l’air en courbe pour se planter juste devant l’homme qui se stoppa surpris et le moment où, elle se saisit de ses armes pour contrer une attaque venant de derrière.
Le bruit métallique du fer qui se croise résonna tout autour d’eux. Un léger frisson sembla parcourir le vieux baobab qui étendait ses branches au-dessus d’eux.
Du coin de l’œil Kaïsa aperçut rapidement au même moment un des hommes noirs s’écrouler sur le sol, mort. Un frémissement parcourut son âme. Peut-être ferait-elle mieux de partir après tout. Elle n’avait plus rien à faire ici. Seule la mort et la haine régnait en maître sur cette terre. Le temps des hommes semblait être définitivement venu.

Cependant, les attaques incessantes des hommes en noirs l’obligèrent à laisser ces pensées de côté pour ne se concentrer que sur le combat. Surtout que, même si elle se trouvait être une escrimeuse exemplaire, ils avaient le nombre pour eux. Sept bons guerrier contre une seule elfe. Mais Kaïsa ne se laisse pas dépasser si facilement. Ses mouvements s’enchaînaient rapidement devenant parfois flous pour l’œil humain et toujours, les attaques des lames adverses trouvaient une parade qui venait contrer leurs folies meurtrières.

Les attaques des hommes devenaient de plus en fortes au fur et à mesure que ces derniers se rendaient compte qu’ils n’avaient pas à faire à une petite fille blonde sans défense. La rage rendait leurs coups plus dur et plus violent mais moins organisés et bientôt ce devint un gros bordel de n’importe quoi chacun portant un coup comme il le pouvait et Kaïsa avait de plus en plus de mal à éviter le bout des lames mortelles et à retenir ses propres coups à elle. A dire vrai, la jeune elfe voulait éviter au maximum de prendre une vie de plus. Mais la chef se rendit à l’évidence que si, elle n’en mettait pas rapidement deux ou trois hors de combat, sa belle peau blanche risquait de se teinté légèrement de rouge.

Soudain, une vive douleur entre deux côtes vint lui couper le souffle pendant une courte seconde. La morsure de l’acier dans son dos lui donna un frisson qui parcourut toute son échine. Un liquide chaud commença à couler vers le bas de son dos cependant la douleur n’arracha pas une seule grimace à la jeune femme qui continua sa danse aussi gracieusement qu’avant s’en marquer une seule gêne. Pourtant, ses coups se firent eux aussi plus vifs, plus pointus ne cherchant plus seulement à contrer les attaques incessantes des hommes mais à percer leurs défenses à eux.

Très vite, ses longs couteaux firent mouchent. Elle sentit sa lame vibrer dans le corps d’un de ses assaillants lui portant un violent coup dans l’épaule droite. Bien que seulement blessé, l’homme se retira quelques minutes du combat déstabilisé par sa blessure. Kaïsa en profita pour reprendre ses attaques avec plus de force sa longue chevelure blonde flottant autour d’elle l’entourant d’un étrange halo or.
Elle virevoltait, bondissait agile comme un félin, se glissait entre les lames avec grâce et frappait aux points les plus douloureux. Pas besoin de frapper plusieurs fois, une seule touche suffit à sortir un adversaire du jeu. La jeune elfe se mouvait entre les corps haletant de ses ennemis contrant sur tous les fronts, attaquant sur tous les bords. Certains commençaient à fatiguer ne supportant pas le rythme endiablé imposé par la jeune femme qui elle ne ressentait pas le moindre signe de fatigue. Au contraire, plus le combat avançait, plus ses gestes se faisaient dangereux et rapides. Autant dire qu’elle dominait ces vulgaires hommes. Kaïsa était la maîtresse de la situation et les masqués n’étaient que des pions se débattant fébrilement.

Cependant, la blessure qu’on lui avait infligé perdait beaucoup de sang, Kaïsa le sentait. Soudain, elle commit une légère erreur dans ses pas à cause de la douleur de son dos. Une erreur fatale, un second coup vint frapper son bras droit au niveau du poigné. Surprise l’elfe lâcha son arme alors qu’une horrible douleur lui engourdissait son bras droit entier. Le désagréable son qu’avait fait son petit poignet blanc au contact de la massue de son attaquant laissait suggérer que son os n’avait pas supporté le choc…

Déséquilibrée, Kaïsa ne se laissa pas avoir pour autant. Elle mit fin d’un coup net, propre et rapide au cri de victoire poussé par le responsable de son poignet fracturé. Il ne faut pas croire, la jeune femme se débrouille aussi bien de la main droite que de la main gauche ! L’elfe planta son regard émeraude dans les petits yeux noirs de l’homme mourant, un long couteau planté en plein cœur.

Puis, la chef repris sa danse meurtrière d’une seule main certes, gênée par son poignet et le trou dans son dos mais efficace pour autant. Même ainsi blessée, elle restait un adversaire redoutable et largement de taille à affronter les six hommes restants dont un assez gravement blessé.
Kaïsa fondit soudainement pour éviter un coup de hache porté envers sa jolie tête blonde puis se releva dans le dos du porteur et de sa lame lui retraça la courbe de sa colonne vertébrale. Ce dernier s’effondra sous la douleur planta par mégarde sa hache dans le pied d’un de ses compagnons. Le cri de ce dernier déchira les tympans de son voisin qui fou de rage alla se planter directement sur la lame effilée de Kaïsa toujours tournant et virevoltant entouré de ses cheveux or.

La perte de sang et la douleur de son bras droit accéléraient son rythme cardiaque de manière irrégulière, son souffle devint haletant. Seuls les traits tirés de la jeune elfe témoignaient la douleur qui parcourait chaque centimètre de son corps en de violent frisson.
Au compte, il y avait deux morts, un allongé par terre une coupure profonde tout le long de sa colonne vertébrale, un autre le pied en sang, et un autre encore à l’épaule et au bras droit non fonctionnel. Deux seuls soutenaient encore le rythme rapide de Kaïsa avec de plus en plus de difficulté certes, mais à part quelques égratignures de de-ci de-là, ils tenaient encore debout.


Dernière édition par Kaïsa le Dim 23 Nov - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Sam 8 Nov - 1:32

Dannimoth jeta un regard de trois secondes en direction de l'elfe pour savoir s'il devait la materner en plus de s'occuper de ces imbéciles.
Manifestement, non et c'était tant mieux, vu le nombre d'adversaire, il y aurait eu de la casse.
Il revint à la réalité lorsqu'un de ses agresseur se rua vers lui en criant, ce qui était stupide mais guère étonnant de leur part.

Il se jeta sur le type qui chargeait, déviant son épée et dévoila son visage joufflu et rougeaud. On dirait un paysan. Se préparant à hurler autre chose tandis que son autre copain chargeait, Dannimoth se saisit de sa mâchoire inférieure et l'abaissa brutalement, la déboitant en conséquence. Profitant de la diversion, il perfora mortellement l'autre crétin puis saigna sa victime de façon à ce qu'elle agonise durant pas mal de temps avant de mourir. Prix de la stupidité.

Il fixa ensuite son regard sur trois autres pâles types, dont le chef. Ses yeux rouges et son sourire mauvais en effraya un, qui tomba vite fait. Mais les deux autres ne s'en laissèrent pas conter. Le chef fit un signe à son acolyte, qui sort une arme de la poche de sa robe. Il en avait peu vu, mais il savait reconnaître un pistolet quand il en voyait un. Il ricana. Dangereux, certe, mais gérable.
Cet homme, contrairement à ce qu'il prévoyait, pointa le canon de l'arme à feu sur la tête de l'elfe mais il avait oublié un détail : Dannimoth avait des pouvoir. L'arme trembla dans la main de son possesseur, comme pris de frisson... puis partit brutalement en avant, malmenant l'index du possesseur par la même occasion. Deux hurlement retentirent alors... celui du détenteur de l'ar à feu, qui restait bêtement sur place avec son index tordu et... le démon, qui a sû empêcher le leader de le tuer avec ses couteaux de lancer mais... pas à le blesser. A l'épaule, en occurence...

_________________
"Il n'y a qu'une chose qu'est importante chez toi. Soit t'es fréquentable, soit tu est un horrible crétin. C'est tout " Anduil Valtiel

" Insupportable? Ouais. Et je ne changerais pas. Dégage!" Dannimoth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïsa
Chef des elfes
Chef des elfes
avatar

Nombre de messages : 788
Age : 27
Race : elfe
Rôle : chef des elfes
Âge : 119 ans
Date d'inscription : 27/05/2006

Memory
Clan: Pour la paix
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Sam 15 Nov - 21:19

Tourner, parer, frapper, glisser, danser, blesser. Le rythme reprenait une vitesse folle au fur et à mesure que la douleur s’emparait du corps de l’elfe. Ses gestes s’activaient motivés par une sorte de peur frénétique. Les hommes ne suivaient plus et se contentaient d’essayer d’arrêter la lame invisible de Kaïsa. Sans espoir. Ses cheveux flottaient autour d’elle comme un bouclier doré que rien ne parvenait plus à traverser. Des mouvements flous qui faisaient couler leurs sangs en de multitudes de petites blessures profondes. A elle seule la jeune elfe attaquait sur tous les fronts. Ils regrettaient à présent de l’avoir à ce point sous-estimé.
Soudain des hurlements surprirent les danseurs qui s’arrêtèrent l’espace d’une seconde avant de reprendre leur chorégraphie mal agencée légèrement inquiet de ne pas savoir le pourquoi du comment de ces cris horribles de douleur. Car oui, il s’agissait bien de cris de douleur. Kaïsa eut le temps en une fraction de seconde de voir ce qui lui servait à présent de partenaire blessé à l’épaule. Mais elle n’y prêta pas vraiment attention. Elle-même avait plusieurs blessures dont une sérieuse dans le bas du dos et son poignet droit réduit en bouillit. Alors la jeune chef n’allait surement pas s’arrêter pour aller lui porter secours, il semblait en bien meilleur posture qu’elle-même alors…Et même, cela ne lui aurait peut-être pas plût finalement quelle se déplaça.
Profitant du trouble provoqué par le cri de leur camarade, Kaïsa prit sur elle et ravala sa douleur afin d’affiner ses traits et limiter les coups pour rien car elle, contrairement aux humains, elle réussissait à laisser ses sentiments et les perturbations extérieurs de côté.
Un homme noir s’effondra. Il n’était pas encore mort mais ses muscles ne lui obéissaient plus et ses blessures lui étaient bien trop insupportables pour qu’il puisse continuer à se battre et tenir une arme. Sans doute que s’il ne recevait pas de soin immédiat, il décéderait de celles-ci.
Et ils n’étaient plus que quatre.
Rapidement, Kaïsa remarqua ensuite qu’un c’était retiré de la bataille et était allé s’appuyé contre le baobab, trop faible pour s’enfuir sans doute. Son pied ensanglanté devait énormément le gêner aussi…

Trois contre une. Ces hommes masqués avaient toujours la supériorité de nombre et Kaïsa commençait à faiblir malgré tout son savoir et sa compétence de guerrière. Mais eux aussi n’en pouvaient plus. Ils relâchaient leurs gardes, leurs coups se faisaient de moins en moins précis. Puissant des forces dans ses réserves, la belle blonde trouva la force nécessaire à porter un dernier coup mortel en plein de son palpitant pour abréger ses souffrances. Il ne restait en face d’elle plus qu’un seul homme. Tout d’eux arrêtèrent de se battre se fixant longuement dans les yeux. Il les avait d’un bleu prussien magnifique…Qui donc pouvait bien se cacher derrière cette étoffe noire ? Qui pour revendiquer de tels actes de barbaries ? Ils restaient ainsi à se regarder, blessés et haletant entourés de morts et d’agonisant sans prêter la moindre attention aux autres. L’humain n’avait plus d’arme. Kaïsa l’avait jetée au loin quelques secondes auparavant. Autrement dit, il était à la merci de la chef des elfes mais cette dernière ne le tua pas. Pas de sang froid comme ça, un homme désarmé. Et même les vies qu’elle venait d’ôter pendant le combat ne lui donnait qu’un désagréable sentiment. Kaïsa n’aime pas tuer…

Puis, l’humain sembla accepter sa défaite et alors il fit un geste qui révélait un reste d’humanité et de respect peut-être. Lentement au prix d’une vive douleur apparemment qui lui arracha une horrible grimace, il enleva son masque révélant un jeune visage d’homme. Il ne devait pas à avoir plus de vingt ans. Un pincement serra le cœur de la jeune elfe, que faisait-il si jeune avec une arme à la main au milieu de brute sans cœur ?!
Il fini même par murmurer quelques mots dans un souffle avant de remercier l’elfe, sans doute de lui avoir laissé la vie sauve, d’un signe de tête avant de s’en aller sans un dernier regard. Kaïsa eut une triste pensée pour lui. Avec ses blessures s’il ne trouvait pas rapidement quelqu’un il succomberait sans doute, seul, oublié de tous dans un terrain hostile…

Puis, dans un dernier effort, la jeune elfe alla se caler contre l’énorme et vieux tronc du baobab. Elle sentait le liquide chaud couler le long de son dos et l’horrible lancement venait de son poignet cassé. Ses yeux se brouillèrent lentement. Elle avait perdu beaucoup de sang et la douleur était trop forte, son corps abdiquait à son tour. Lentement, sa vue se brouilla et elle sombra dans un demi-coma les derniers mots du jeune homme noir résonnant dans sa tête.


«Je ne sais pas, par peur de vous peut-être»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tinu_harthad
Anduil Valtiel
Mercenaire Thaumaturge
Mercenaire Thaumaturge
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 28
Race : Elfe
Rôle : Mercenaire Thaumaturge
Âge : à peu près 19
Date d'inscription : 29/10/2006

Memory
Clan: Au service des ombres
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Silence et Baobab   Dim 25 Jan - 1:57

[Post nul, verrais si je peux modifier ça x) ]

Dannimoth regarda les deux derniers tueurs en fulminant et en se tenant l'épaule. Le chef, perdant de sa superbe, avait tiré son arme, une machette en l'occurence. L'autre restait là bêtement, son doigt tordu l'empêchant d'utiliser un arme. Puis il s'en fut. Le dernier homme fonça sur l'elfe possédé, technique banale et tellement inefficace. Il fit un pas sur le côté et esquiva les coups suivant, bien que le vêtement eut à souffrir de quelques coupures sauvages. Soudain, une erreur d'inattention lui valut une estafilade légère sur le torse.
Le démon était en colère contre lui même. Un peu plus haut, c'était le cou. Il s'était conduit comme...comme Anduil. Cet elfe avait trop d'influence sur lui!
Il repoussa brutalement le psychopate en noir et transperca son bras armée de sa rapière. Il fit venir à lui le pistolet. Le chef blêmit, comprenant ce qu'il allait faire mais Dannimoth l'avait déja immobilisé. Il chuchota à son oreille

- Pan!

Puis il tira froidement et l'homme partit en arrière dans une gerbe de sang, son cadavre souillant également le sol de ce lieu.

**KAISA!!!!!!**

** Mais tu va la fermer, oui?** hurla mentalement Dannimoth, très irrité de ce barrissement soudain.

** Tais toi et laisse moi revenir!** ordonna l'elfe.

Dannimoth regarda la dite kaisa... qui était limite exsangue. Il laissa faire Anduil. Aussitôt maître de son corps, l'elfe se rua aux côtés de sa congénère. Elle avait une sale estafilade dans le dos et son poignet semblait cassé. Pour couronner le tout, il n'y avait pas vraiment d'ermite guérisseur dans les parages.. Il n'avait pas le choix. Déja, soigner sommairement l'elfe. Or, sa science médicale se résumait aux bandages.
Qu'allait-il faire? Il ne pouvait pas la laisser mourir!

_________________
"Il n'y a qu'une chose qu'est importante chez toi. Soit t'es fréquentable, soit tu est un horrible crétin. C'est tout " Anduil Valtiel

" Insupportable? Ouais. Et je ne changerais pas. Dégage!" Dannimoth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silence et Baobab   

Revenir en haut Aller en bas
 
Silence et Baobab
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark-Guigui, une plume dans la main, un baobab dans l'autre.
» Machine à Jus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neverland :: Neverland :: La jungle des nymphes et dryades :: Le grand baobab-
Sauter vers: